Hommage à Nénuphar

 

Caterina Caselli : Cento giorni - 1966 [1]  

   

 

 

 

 

 

 

Hommage à Nénuphar  [2]

 

Retour à la page d’accueil : clic

 

Pile book ; livre d’or : clic

 

Contact source : clic

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

NB : Pavillon noir pour la nuit : En mer, la nuit, un pavillon noir est plus visible qu’un pavillon blanc [3].

 

Il faut conjurer les démons de la nuit [4]


 

 

 

 

Coucher de soleil en mer : on verra la lune et pourra s’orienter

 

Grosso modo, où que l’on soit sur Terre, et durant toute la nuit, les cornes du croissant d’or indiquent l’axe N-S de la Terre . [5]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Nord c’est le Nord !  

« Zéro à la barre ! » 

Feux de route de Nénuphar : « Bas si rouges tricot vert » :

Bâbord est rouge, Tribord est vert [6]

- faciles à hisser - comme un fanal à pétrole

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« …Il cinglait bâbord amures, naviguant comme un poisson… »

(chanson « Le Grand Coureur »)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce « Pirate » était immatriculé sous le doux nom de « Nénuphar »

Sous génois et bonnette


 

 

 

 

 

 

 

 

Plans de François Sergent (document du Musée Maritime de La Rochelle clic )

Nénuphar a été l’un des derniers bateaux en bois de sa catégorie.

Mais Il bénéficiait de voiles et manœuvres en tissus synthétiques, alors que les manilles étaient encore en fer galvanisé graissées au suif…[7]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pétole s’installe  :  « Patience et longueur de temps …  »

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inutile de tenir la barre par « ce petit temps »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ile de Noirmoutier (Lépine)

 

 

 

 

 

 

 

 

«  Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

 

 

 

Le courant va à droite, et vent va à gauche :

On pourra partir en arrière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le vent revient 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

: il faut sortir la toile

 

 


 

 

 

 

 

Et goûter les  saveurs  de la vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent fraîchit de plus en plus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fort « coup de vent » qui « forcit » jusqu’à force 9 [8]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La houle barrait l’entrée de Port-Joinville !

 

Alors :  1.  attendre « à la cape » avec le foc à contre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. ou essayer de gagner le large ?

.

 

car «  En mer, ce qui est dangereux, c’est la terre ! »,

 


 

 

 

 

3.  ou « mettre en fuite ? » avec une vitesse ni trop élevée ni trop faible - or on monte et on descend ! - pour éviter d’être dépassé par la vague, ce qui pourrait rendre le navire incontrôlable

 

 

 

 

Et au bout du vent il y a la côte toujours dangereuse… !

 

 

 

,

 

 

 

        Puis le vent s’est calmé.      On apprit plus tard qu’il y eut quelques avaries graves en mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers ’Yeu

 

Plus de vent !

Tabarly  s ‘était amarré à ce coffre …  après une magnifique manœuvre d’arrivée à pleine allure de Pen-Duick qui exécuta plusieurs tours autour du coffre pour briser sa vitesse

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Port Joinville.  Souvenir de l’exil du maréchal Pétain

 

 

Calme plat

 

 

 

 

 

 

 

Au Mouillage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En route et Tribord amures (donne la priorité)

 

 

 

 

 

 

 

Sister ship (autre « pirate »)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Phare des Baleines, Phare d’atterrissage :

 

 

 

 

 

 

 

Souvenirs des invasions anglaises,  du bagne (clic),  et des condamnés de l’OAS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourelles des Islattes : 2 cônes pointant vers le haut : danger au Sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l’ombre de la tourelle, on peut déduire la Latitude [9]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les souvenirs de la seconde guerre mondiale s’enfoncent lentement dans le sable

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée de la houle des Caraïbes !

 

 

 


 

 

 


 

 

 

 


 

x

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salle d’eau

 

 

 

 

 

 

Avant l’arrivée de l’eau courante venue du continent, il n’y avait que peu et de petits arbres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vive la marine !

 

 

 

 

 

Cale du Canot de Sauvetage      -     mouillage de La Grande Passe     -      Vers les épaves du Moulin Blanc et du Guipuzcoa

 

 

 

 

 

 

 

 

Port d’Ars

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La gare qui pourrait resservir s’il y avait un tramway ou un petit train [10]


 

 

 

 

Croix et passions

 

Le crucifix indique l’emplacement de l’ancienne Abbaye

 



 


 



 

 

 

 

 

 

 

Abattage en carène : un caillou dans le puits de dérive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sel

 

 

 

 

 

 

 

« Mad Atao » « Cœur de France » « Poisson d’Avril » [11]

 

 

 

A l’avant c’est le coffre : le mieux aurait même été d’enlever complètement le moteur [12] !

Suite à une adversité de route la VW conservait un carreau en bois – moins fragile – mais fière de « sa boite Porsche » d’origine…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’eau est plus rare que la vase

 

 

 

« Coquette » hiberne dans l’anse de Mouille-barbe

 

 

L’eau est revenue

Ineffable « Hédys » au mouillage

 

 

La haute cheminée de la sardinerie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunes filles rhétaises :  Têtes couvertes, mais marcher nu-pieds n’était rien d’autre que l’habitude de tous.

 

Fort Boyard n’a jamais servi.

Voulu depuis Louis XIV  pour protéger l’abord de La Rochelle.

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Ile d’Aix

Bien que l’exil de Napoléon ne témoigne pas de ses grandes heures de gloire, l’île d’Aix en entretient le précieux souvenir.

C’est de là qu’il s’embarqua pour les USA mais fut conduit à Ste Hélène.

 

 

 

 

 

 Port Sainte Catherine 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le New Rochelle avait dévié sa route (en mer, la voile est prioritaire sur les moteurs)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Rochelle : Souvenirs des sièges, des guerres de religions, de la base de sous-marins nazis.

 

 

 

 

 

 

 

La Flotte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pertuis Breton : amer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Le Coq, entre l’Odet et le large 

 

 

En remontant l’Odet.


 

 

                 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Craff, qui a beaucoup travaillé pour le Centre Nautique des Glénans – ici 2 Vauriens et 1 cotre en constructions - dans son chantier naval, près de l’actuel « Casino » à Bénodet

 

Au port de Bénodet : c’est le pays bigouden

 


 

 

 

 

 

Août 1959

déjà le N°15 … [13]

 

Admirable simplicité 

de ce premier Vaurien

qui avait une

grand’voile à corne !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ile aux Moutons, île Nord de l’Archipel des Glénans : les moutons avaient étés tondus …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cygne construit par Robert Craff

à l’île aux Moutons

 

Anse de Penfoul à Bénodet

 



 

 

 

 

 

_______________________________________

 

 

 

 

 

 

Le Cygne est en 2ème ligne.

 

Un jour advint que Nénuphar figura sur une carte postale ! Mauvais présage !

Nénuphar « figurant de carte postale » ! Nénuphar encadré, prisonnier ! Déjà sonnait le glas des libertés perdues.

Comme il prenait l’eau (effet du gros temps), avant de partir vers un autre destin, je l’ai halé haut, remettant les travaux à plus tard et retirant les espars.

Ils ne sont plus que des reliques aujourd’hui inondées de mes larmes, car Nénuphar fut porté disparu : Nénuphar pourtant francisé et portant matricule aurait été, m’a-t-on dit, mené par un tracteur en décharge !

Pêcheurs et casiers avaient aussi disparu : Les petits ports, comme de grands cénotaphes, de plus en plus mal fréquentés, ne semblaient plus destinés aux navires.

 

Comme on le voit, Nénuphar a d’abord été vandalisé par des humains plus voraces que la mer, et a le balcon été volé.

 

Frère marin, ne relis pas ces lignes : Heureux qui n’en sait rien.

Trop belle était l’histoire ! Oublie qu’elle est entièrement vraie !  

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Notes de bas de page :



 

[1]  Caterina Caselli : Cento giorni: 1966

 

Clic

 

 

 

 

 

 

 

Cento giorni, cento ore o forse cento minuti mi darai.

Una vita, cento vite, la mia vita in cambio avrai.

Un abbraccio, cento abbracci, qualche carezza, avrò da te.

I miei occhi, la mia bocca,e il mio cuore, avrai da me.

 

Perché per te questa vita è un girotondo che abbraccia tutto il mondo, lo so.

Ed invece la corsa della vita per me si è già fermata negli occhi tuoi.

Io ti amo, io ti amo, più della vita, lo sai.

Per cento giorni, per cento anni, non finirò di amarti mai,

non finirò di amarti mai ...

Cent jours, cent heures ou peut-être cent minutes tu me donneras.

Une vie, cent vies, ma vie, en échange tu auras

Un câlin, cent câlins, quelques caresses, j'aurai de toi

Mes yeux, ma bouche, et mon cœur, tu auras de moi.

 

Parce que pour toi, cette vie est une ronde qui embrasse le monde entier, je sais.

Et, par contre, la course de la vie pour moi s'est déjà arrêtée dans tes yeux.

Je t'aime, je t'aime plus que la vie tu sais.

Pendant cent jours, pendant cent ans, je ne cesserai jamais de t'aimer,

je ne cesserai jamais de t'aimer...

 

__________________________________________________________

 

 

[2] Je sais bien que Nenuphar peut s’écrire avec un « » :

Il faudrait que je retrouve les papiers d’immatriculation !

Wikipédia indique à l’origine : « un mot persan  qu’on peut écrire avec un « f » : « nīlūfar », lui-même emprunté au sanskrit « nīlōtpala » (« lotus bleu »), composé de nīlah (« bleu-noir ») et utpalam (« fleur du lotus »). 

Peu importe la graphie du nom de Nénuphar !

L’important pour moi est que, de ma pratique des nœuds à mes premières réflexions sur l’univers (à moins que ce ne soit l’inverse) et jusqu’à la pratique d’internet (où il n’est question que de navigation, comme les pionniers l’avaient bien compris – avec aujourd’hui les naufrages et les pirates) - je dois tout à Nénuphar. C’est pourquoi je dois rendre hommage à ce navire.

J’ai toujours eu horreur de la compétition,  et pour ce qu’il en est de la vitesse, j’aurais choisi d’autres moyens, mais quand on nous a presque donné, à mon camarade et à moi, ce navire, nous ne soupçonnions pas encore tout ce qu’il n’aura jamais fini de nous avoir apporté…

Les nœuds :

Officiellement, il n’existe aucun nœud dans la nature : On n’y connaît aucun nœud structurellement durable ; même les araignées ne tissent pas de nœuds.

On dirait que la nature évite soigneusement de faire des nœuds. La nature a horreur des nœuds. Pourquoi et comment ?

Le principe des nœuds est extrêmement simple : Plus on tire sur deux brins et plus ça ferme ce qui est dans le nœud. Le principe de la nature au contraire est un principe d’ouverture.

Il est impossible de faire un nœud si on ne le pense pas fini. Mais au contraire si on le pense fini, tout devient simple. De fait, il en va de même « pour ne pas faire de nœuds ! » Tout dans la nature est fait pour ne pas faire de nœuds.

La nature est simple parce qu’elle pense toujours la fin. Tout le monde a déjà eu l’intuition que la nature joue avec le temps : Soit un temps à l’envers (cf. univers parallèle) soit pas de temps du tout. => Le temps la nature et les nœuds : clic.

Les nœuds sont sans doute apparus avec les hommes préhistoriques et leurs vêtements, mais ont aussi colonisé beaucoup d’industries.

Il est étrange que la géométrie des nœuds soit tellement en retard sur toutes les autres.

 

Pour être plus précis, il faudrait citer les débats sur l’ADN et l’anguille visqueuse :

1.      Les très curieuses molécules d’ADN, longues de près d’un mètre et larges de 2 nanomètres (milliardième de mètre) pelotonnées dans la cellule et dont les 2 brins de la double hélice se séparent lors de la reproduction cellulaire par méiose ou par mitose sous l’effet d’enzymes. L’existence de vrais nœuds y est discutée.

2.      la surprenante anguille visqueuse qui se noue elle-même un temps limité « en nœud trèfle » dans quelques situations particulières :

 

 

La nodologie est peut-être la plus belle invention de l’homme, et elle est pour beaucoup dans l’avancement de la civilisation. Historiquement, elle prolonge peut-être l’utilisation des lianes des forêts.

Je crois que quand on aime les nœuds, on déteste le feu et la fusion de la soudure  : le fer, Vulcain,  les brûlures et toutes ces choses…

Avec des cordes et du bois, en mer, on peut faire presque autant de choses qu’avec le métal, hormis l’ancre de marine. Autrefois on utilisait des pierres.

Les meilleurs bateaux en bois sont toujours indiens, construits à Calicut et n’ont pas un gramme de fer : Ils sont chevillés en bois pour éviter la rouille. Le bois et les cordes, c’est la subtilité de l’esprit…

J’ai inventé une histoire :

 

Les premiers hommes étaient très poilus, mais très gourmands, surtout depuis l'histoire de la pomme : Alors ils se sont dits : on va faire du feu pour faire des gâteaux ! Mais avec leurs poils ils prenaient tous feu !

Alors ils se sont plaints à l'éternel, qui, furieux que les hommes se plaignent de son beau travail, leur a répondu : " Très bien ! Je vous ferrai désormais tout nus et sans poils : vous ferez des gâteaux, mais vous aurez des fumées partout, vous aurez toujours froid et vous ne pourrez plus vous passer de ce satané feu ! »

(Il y avait déjà eu des précédents d’altercations avec l’histoire le la bipédie, plutôt ratée, etc.)

Alors on en est resté là.

Enfin pas exactement : on a fait des feux de bois, de charbon, de fuel, des fumées à fumer, des canons, des moteurs à explosion, de la fission nucléaire et on attend la fusion… Rien de trop grave encore.

 

L’essentiel d’un nœud, en pratique (et c’est pourquoi il n’en existe pas plus d’une vingtaine utiles à  bien connaître ) c’est… qu’il soit facile à défaire !

Avec des leviers et des nœuds, c’est incroyable tout ce que l’on peut faire : c’est ce qu’avait montré Archimède aux Syracusains en relevant le défi de tirer tout seul un énorme bateau sur une plage.

 

 

Topologie : Qu’est-ce qu’un nœud : Nœud ou pas nœud ?

Pour aller du segment A au segment B, l’anneau ne peut pas traverser le trou du piton C, mais les cordes sont souples !

La manipulation est cependant un vrai casse-tête : il faut desserrer tous les brins, tirer sur l’anse centrale pour lui faire traverser le trou du piton ( c’est la clé de la solution) , étaler le paquet de brins, passer l’anneau dans chaque brin, puis repositionner les brins par une manœuvre inverse.

Problème : faire passer l’anneau de A à B

Solution : L’anneau doit suivre le trajet du fil marron : en tirant les deux ganses vers soi, on aperçoit mieux le trajet effectué…

 

 

A la différence des nœuds, les animaux connaissent parfaitement la pratique du levier.

Quant à la conception de l’univers :

L’apprentissage de la voile mène aussi tout droit aux représentations du monde, cosmologiques et cosmogoniques, et confronte l’esprit aux représentations :

·        des pharaons (africaine) – rationalisation de la mer, du ciel, de la terre et des dieux

·        au contraire des Grecs qui vont progressivement tout leur emprunter (espace et dieu), depuis les cosmologies des Achéens - premier peuplement de la Grèce – (européen), proches de celles des Indiens (de l’Inde) qui sont très différentes (adoration de la lumière et du feu).

Ces différences profondes sont intéressantes.

·        Et plus loin, aux voyages et aux représentations des polynésiens…

 

[3] En vision nocturne s’entend :

Car : la rétine contient des cônes pour la vision diurne et des bâtonnets pour la vision nocturne, dont les sensibilités sont différentes, mais toute lumière dans les fréquences de la visibilité diurne détruit la rhodopsine.

Ce pigment rétinien des bâtonnets met alors une demi-heure à se re-synthétiser.

La première règle absolue pour voir dehors la nuit est donc de bannir absolument toutes les lumières artificielles.

Les yeux ont aussi bien d’autres fonctions que la fonction visuelle (cellules photosensibles de la rétine connectées aux noyaux de « l’horloge supra-chiasmatique » qui dirige le « système photique » qui régule la secrétion de mélatonine par la glande pinéale)

La nature n’est pas commerciale, mais elle est délicate et il faut la respecter. 

 

[4] Jusqu’après le début des années 2000 : le phare des Baleines (ici en photo) émettait un signal « B.N. » continu, en morse, sur la fréquence radio de 300 kHz, ce qui permettait facilement d’en retrouver la direction en mer à l’aide d’un banal poste de radio : Intensité maximale du signal = antenne (cadre en ferrite) perpendiculaire à la direction de la source, et extinction totale du signal = plan du cadre dans la direction du signal.

C’est ce qu’il faut faire aujourd’hui avec les horloges radiocommandées.

Mais depuis que l’exploitation commerciale du phare (= touristique) a été privatisée : « silence radio ! ».

Dans le même sens, ce phare a toujours envoyé ses éclats au rythme de « 4 éclats toutes les 15 secondes » mais la durée de chaque éclat est passée de 1 seconde à ¼ de seconde, ce qui fait qu’on les aperçoit moins bien en mer.

Pourtant les phares peuvent toujours rendre de bons services aux marins – et cela dure depuis plus de 3000 ans, puisque le mot vient du phare d’Alexandrie, situé sur l’île de Pharos dont parle déjà Homère.

Cette situation en France est la même que celle de la SNCF, et de nombreux autres services publics : Les déclins programmés au profit du tourisme et de quelques monnaies à la valeur trompeuse à court terme et plus encore fallacieuse à long terme me semblent être une véritable catastrophe nationale.

La qualité (physique et mentale ++) de l’organisation et du développement de tout un peuple dépend d’une infrastructure sûre et correctement répartie, et non du choix privilégié de quelques performances au détriment de tout le reste.

 

[5] Je dis toujours« les cornes » : parce que c’est ce qu’on voit. Pour être beaucoup plus précis, il faudrait dire « les pôles » : le malheur est qu’en général, on ne les voit pas ! il faut les connaître ou les deviner. Les axes des cornes et des pôles sont en général parallèles, mais ce n’est pas toujours le cas.

Le passage de la Lune au méridien* indique l’heure de la marée haute.

Et sa phase (1er, 2eme, 3 ème quartier) en indique l’amplitude.

 

* Note : « Méri-dien » est un mot qui peut étonner : Il résulte d’un changement de « » en « » dans le mot « médi-dien » = milieu du jour ( = aussi milieu de la nuit = à la verticale de la direction plein Sud, en suivant le chemin pôle Nord ->pôle Sud) Tous ces mots ont un sens, qu’il est intéressant et utile de comprendre.

On observe aussi la transformation inverse de « r » en « » par exemple dans le mot « caducée » qui est en grec « karukeion » = le bâton du héraut orné de guirlandes.

 

Ajoutons encore que quand la Lune a la forme d’un « D », elle croît, et que quand elle a la forme d’un « C », elle décroît.

Autrefois, on apprenait cela avec l’alphabet. Depuis l’instauration de la méthode globale, on n’apprend peut-être plus l’alphabet.

Le passage de la lune retarde chaque jour d’un peu moins d’une heure, et les marées aussi.

Les marées :

La pleine lune passe au méridien à minuit (en heure solaire du lieu – pas en heure légale administrative.

Il n’est alors pas bien difficile de comprendre que:

1.      c’est lorsque la Lune est juste en face de nous (= passage par sa position la plus haute dans le ciel = passage au méridien du lieu où l'on se trouve = midi ou minuit en heure solaire = la direction plein Sud : tout cela veut dire la même chose) 

2.      et pleine (= à peu près que le Soleil qui l'éclaire presque en entier est juste de l'autre côté de la Terre, et que donc les forces d'attraction s’ajoutent - ce qui est presque autant vrai au moment de la nouvelle Lune quand tout se passe de l'autre côté de la Terre)

3.      Que c’est alors le moment de la marée haute (ce qui est vrai très exactement en haute mer, mais avec un retard de quelques heures - du à la configuration des côtes - au niveau de chaque endroit de chaque côte, mais qui a le mérite d’être invariable pour chaque endroit et toutes les marées de cet endroit :  c’est ce qu’on appelle l'Etablissement de la marée)

Puis la lune décroît tout en se levant de plus en plus tard.

Contrairement au soleil, la lune n’est pas plus basse sur l’horizon en hiver qu’en été

Tout cela est simple et en pratique très utile.

On peut même s’amuser à projeter son itinéraire et sa carte de géographie sur la lune, sorte de miroir de la terre.

 

 

 

 

 

Montage approximatif pour montrer que le croissant de lune est un effet de l’ombre de la terre … et permet de s’orienter : « L’œil de l’observateur et les 2 pointes des cornes de la lune forment un plan » : ce plan est grosso modo parallèle à l’axe Nord – Sud de la Terre.

Il contiendrait alors l’axe de la Terre lorsque la Lune passe au méridien de l’observateur si ces cornes correspondaient au pôle.

L’heure de la marée haute correspond grosso modo à ce moment, en ajoutant le temps de l’établissement de la marée en ce lieu.

De même la phase de la lune correspond grosso modo au coefficient d’amplitude de la marée.

Mais un axe « œil de l’observateur – une corne de la lune » n’indique en rien le Nord : Il faut représenter une projection des cornes.

Enfin en réalité, cette configuration astrale n’est pas fermée, n’échappe pas à d’autres influences proches, aux lois de l’inertie, et jusqu’ à certaines interrogations parmi les lois célestes.

Il n’est guère possible de faire un dessin à l’échelle permettant de dessiner avec précision les ombres : le diamètre de la lune est 4 fois plus petit que celui de la terre (qui n’est pas ronde) (3.474 contre 12.700 km environ), mais surtout la distance terre-lune est de 100 fois le diamètre de la lune (384.400 km) et il faudrait montrer une vue en 3D .

Enfin la distance Terre – Soleil est d’environ 150 millions de km.

 

En réalité, tout cela est seulement approximatif ; et le parallélisme des axes n’est pas toujours évident. Mais l’ensemble évite de commettre de grosses erreurs et au moins ça ne bouge pas ou très peu de toute la nuit.

On ne voit pas  en général les pôles de la lune, ce qui n’est pas nécessaire pour une approximation. 

Car par chance, la lune est généralement éclairée et présente des reliefs reconnaissables.

Il y a aussi « la lune montante », « la lune descendante » : les agriculteurs décident alors s’il faut cueillir les tiges ou les racines, etc.

Le diamètre du cercle de l’ombre de la terre sur la lune est un peu plus grand que le diamètre de la lune et recouvre la plupart du temps ses pôles. En conséquence, les deux cornes visibles de la lune ne vont pas totalement d’un pôle à l’autre de la lune. La longueur visible de la bordure de la lune est inférieure à une demi-circonférence lunaire, et cette longueur visible dépend globalement de la phase de la lune.

On ne peut imaginer qu’approximativement un axe qui irait d’un pôle lunaire à l’autre, car le parallélisme strict des axes des pôles et des cornes n’est pas une règle.

 

 

 

 

Avec une donnée de plus, si je vois mon plan horizontal, je pourrais calculer mon « azimut » qui est l’angle « ligne d’horizon – ligne joignant les pointes des cornes » et je pourrais alors me situer sur une ligne de latitude terrestre entre le pôle et l’Equateur. Si je suis à l’Equateur, le croissant m’apparaîtra horizontal et si je suis au pôle, il m’apparaîtra vertical.

Avec un sextant, on procède un peu différemment : on repère une ligne horizontale tangente au disque solaire, ce qui est traumatisant pour la rétine.

Il n’a jamais été difficile pour personne de connaître grosso modo sa latitude (l’ombre d’un bâton peut suffire) Les précisions atteintes en cela il y a déjà plus de 2000 ans, ont de quoi nous étonner (par application du théorème dit de Thalès, Eratosthène d’Alexandrie calcula en stades le diamètre de la terre).

Bien plus problématique est la connaissance de la longitude : repérer la culmination d’un astre indique le méridien du lieu de l’observateur, ce qui a un intérêt local, mais ne permet pas de se repérer en longitude sur la terre si l’on ne connaît pas l’écoulement temporel de la course apparente de l’astre depuis un méridien d’origine choisi  arbitrairement. Il a donc fallu attendre d’avoir des clepsydres ou des horloges pour connaître la longitude et donc connaître sa position selon les deux droites de Latitude et de Longitude, en négligeant encore plus longtemps l’altitude.

Il y a aussi beaucoup de variables parfois conséquentes : la lune est un peu lunatique (et pas seulement la lune).

Par exemple, on dit que la pleine lune correspond à un alignement Soleil-Terre-Lune, mais ce n’est que de « l’à peu près », car en réalité, une vraie pleine lune est forcément une éclipse de lune : Donc, personne n’a jamais vu briller une vraie pleine lune depuis la terre (mais seulement l’ombre de la terre projetée sur elle au moment de l’apparition et de la disparition de l’éclipse) …

Le grand intérêt de la lune est de pouvoir bien se caler sur un cap fixe toute la nuit, car la lune parcourt tout le ciel, un peu à la manière d’une toupie qui conserve son inclinaison (gonio).

Naturellement les calculs à partir des étoiles et grâce aux éphémérides, sont d’une précision sans comparaison : c’est le monde des livres, du sextant et des calculs.

Mais on sort de la simplicité de la navigation à vue qui procure un grand repos et emplit le cœur de sentiments cosmiques d’une grande poésie.

Les étoiles sont plus petites, et seule la polaire est à peu près fixe toute la nuit. Elle décrit cependant une petite ellipse autour du pôle vrai céleste chaque jour.

Il n’y a nulle part aucun repère fixe dans le ciel.

En suivant une autre étoile toute la nuit, on tournerait en rond, sauf à l’équateur où l’on monterait droit au ciel !

Les Polynésiens, armés de bons yeux et d’une bonne mémoire, changeaient de cap au lever des bonnes étoiles correspondant au trajet envisagé. Elles se lèvent verticalement à l’équateur, et bien sûr, l’axe de la lune y apparaît horizontal.

Ils parcouraient ainsi des milliers de km d’île en île.

Le compas, lui n’est jamais entièrement fiable, surtout quand « l’aiguille s’affole ».

Pour plus d’explications voir sans doute Wikipédia.

 

Mais surtout ne pas rater l’ouvrage très didactique de Pierre Sizaire, qui en moins de 50 pages fait le tour de l’observation du ciel à l’œil nu, soutenu par d’excellentes formules mnémotechniques et peut encore servir :

Il cite les 2 vers latins faciles à mémoriser (Il faudrait scander les dactyles et les spondées) qui donnent les 12 signes du zodiaque dans l’ordre de leur apparition au cours de chaque nuit :

Sunt Aries Taurus Gemini Cancer Leo Virgo / Libraque Scorpius Architenens Caper Amphora Pisces.

Sont Bélier Taureau Gémeaux Cancer Lion Vierge / et Balance Scorpion Sagittaire Capricorne Verseau Poissons.

Se décalant insensiblement sur 360° au cours des 12 mois de l’années ils reviennent à peu près en place au bout d’un an.

Quant à la période sothiaque de 1460 ans, elle correspond au très léger retard du lever héliaque de Sirius (= Sothis) chaque année.

Ainsi, les anciens Egyptiens savaient que tous les 1460 ans, Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel, retrouvait un instant à l’horizon, sa même place au moment du lever du soleil.

 

Ci-dessous, l’alignement P.A.M.S. est l’un des plus visibles et des plus longs de la voûte céleste : Presque vertical en France, il s’étire sur peut-être 45° :

  

 

 

On peut aussi passer de bons moments avec un logiciel gratuit téléchargeable comme skyglobe qui peut nous amener à l’observation du ciel 50 000 ans en arrière ou 50 000 en avant de notre époque.

On y voit que du temps de Christophe Colomb, l’étoile polaire était loin de la direction du Nord, et que notre prochaine « étoile polaire » sera Véga de la Lyre.

 

[6] « Bas si rouges, tricot vert » :

Les feux de navigations des navires sont les mêmes que ceux des avions et des hélicoptères, c’est-à-dire : vert à tribord, rouge à babord et blanc en poupe.

Pour retenir le balisage d’entrée des ports et chenaux, il existe l’inoubliable moyen mnémotechnique « Bas si rouges tricot vert » dans lequel il faut entendre : « Pour entrer dans un port, laisser à babord les balises cylindriques rouges et les feux à éclats pairs (on a 2 bas) et laisser à tribord les balises coniques noires ou vertes et les lumières à éclats impairs (on n’a qu’un tricot) »

On peut se dire que « en mer le per-sil est rouge pour entrer comme pour sortir et de jour comme de nuit ! »

La décision doit parfois être prise très rapidement : « En mer ce qui est dangereux c’est la terre ! »

Pour sortir les manœuvres sont en général plus faciles et on inverse tout simplement les caractéristiques des balises aperçues par rapport aux cotés du bateau en gardant les associations phonétiques pair-cy-rouge, impair-co-noir.

 

[7] La marine en bois et à voile :

 

 

On aurait peut-être du mal aujourd’hui à réaliser la rapidité avec laquelle explosa la  « démocratisation » de la voile en Europe et en Amérique dans l’après-guerre.

L’initiative en revient en France au Centre Nautique des Glénans - indissociable de son ambassadeur mythique, le voilier La Sereine - fondé en 1947 par un groupe de pionniers réunis autour de Philippe Viannay, ancien résistant et journaliste, qui formaient le dessein de permettre, grâce à l’école de la mer, à une génération qui avait perdu beaucoup de ses repères, de retrouver le sens des valeurs de la nature et de sa sagesse.

Cet essor résulte de la conjonction de nombreux facteurs : Une transformation des mentalités, la reprise après la guerre du culte des loisirs de masse qui avait commencé en 1936, la multiplication d’une jeunesse dont les parents - et non elle-même - avaient majoritairement perdu beaucoup d’idéaux, et à laquelle il fallait enseigner des idéaux nouveaux, autres que ceux des jeunesses hitlériennes, du communisme, de l’américanisation, voire de la délinquance - de riches comme de pauvres - car il y a eu aussi une « délinquance de riches » - accompagnés enfin de progrès techniques rendus possible par de nouveaux matériaux, transmis par des architectes aussi ouverts à la modernité qu’aux anciens savoirs.

L’esprit des Glénans par-dessus tout et en toutes circonstances enseignait, comme il continue de le faire, un immense respect ainsi qu’aide et solidarité dévolus à toutes les catégories de travailleurs de la mer.

On a souvent du mal à comprendre qu’à toutes les époques les modes d’expression d’une jeunesse de 15 à 20 ans ne sont que l’expression turbulente de tout « ce qui les a allaité et nourri en silence durant 15 ans ou plus », c’est à dire des messages sociaux et parentaux qu’elle a reçu : Il en a été exactement ainsi en mai 1968, qui survint à l’exacte mi-temps de « la guerre froide », laquelle succéda durant 42 ans à la seconde guerre mondiale.

 

La Sereine dessinée par Henri Dervin qui dessina également le Kurun

Or au milieu des deux décennies 1950-1970, environ 1/3 des Français a moins de 20 ans : Le 1er janvier 1963, 33,4% de la population française, soit plus du tiers, a moins de vingt ans. La majorité des personnes âgées de 70 ans travaille (clic) Enfin, il n’était pas rare pour tous les Français de côtoyer des réfugiés d’Allemagne de l’Est, cependant qu’à partir de 1954 se déroulera la guerre d’Algérie, celle de Suez en 1956, puis qu’arrivèrent après 1962 presque 1 million de réfugiés d’Algérie.

Tels furent quelques aspects des années que Jean Fourastié appellera « Les 30 glorieuses »

 

 

Parti pour un tour du monde en 1949 avec son Kurun  en bois, sans moteur, voiles en coton et gréement à l’ancienne, jacques yves Le Toumelin a été à la charnière de 2 mondes.

Le Kurun donnait la réplique à son Tonnerre (même nom traduit en breton) détruit par les Allemands, dont il n’a pu que serrer entre ses bras et en larmes la barre quand il l’a retrouvée sur une plage du Croisic.

 

Durant l’occupation, on a brûlé des navires en bois pour se réchauffer.

 

Parti accompagné d’une poignée d’intimes en 1949 pour fuir « le monde moderne et ses monstruosités » (in : Kurun autour du monde - Flammarion 1953) il fut acclamé à son retour en 1952 par la foule de ce monde avide de modèles et d’exemples mais de plus en plus fasciné par des mirages et des « exploits » de plus en plus médiatisés - en regard d’une désopilante démission.

 

 

Kurun au Croisic à son retour des Antilles en 1955  :   10 mètres et 8,5 tonnes poussés à la godille et une risée dans la trinquette.  ( in : Kurun aux Antilles - Flammarion 1957)

 

 

 

Un des plus beaux livres de mer qui n’ait jamais été écrit sur la marine à voile est peut-être, pour sa poésie, sa sensibilité humaine et son engagement en faveur des marins, le livre « Two years before the mast » (« 2 années sur le gaillard d’avant » ) de Richard Henry Dana (1815-1882) qui relate son engagement à 19 ans et son tour du continent américain par le Cap Horn.

C’est aussi l’un des seuls livres que l’on possède décrivant la Californie en 1835 avant l’invasion yankee :

 

CHAPITRE XXVI - SAN FRANCISCO  pp. 304-305

 

Notre destination était Monterey, mais, comme nous étions au nord de ce port quand le vent se mit à refuser, nous nous déroutâmes sur San Francisco, aux allures portantes. Cette vaste baie, qui est située par 37° 58' de latitude Nord, fut découverte par sir Francis Drake. Celui-ci la décrivit comme une baie magnifique (ce qu'elle est en effet), avec plusieurs bons ports, une eau profonde et des rives fertiles et abon­damment boisées. A quelque trente milles de l'entrée de la baie, sur la rive sud-est, se dresse un promontoire sur lequel on a bâti le presidio. Derrière ce promontoire se trouve un petit port ou crique, appelé Yerba Buena; C'est là que les navires de commerce viennent mouiller; la mission de Dolo­rès est toute voisine. Il n'y avait aucune autre habitation de ce côté de la baie, si ce n'était une cahute de planches mal équarries, bâtie par un certain Richardson, lequel tenait un petit négoce et faisait fonction d'intermédiaire entre les navi­res et les Indiens 1. Nous ne trouvâmes qu'un seul bâtiment à l'ancre; c'était un brick battant pavillon russe, qui était venu de Sitka, dans  l'Amérique russe 2, pour hiverner ici et embarquer une cargaison de suif et de blé; Ce dernier pro­duit est cultivé en grande quantité par les missions qui occu­pent l'entrée de la baie. Comme le lendemain de notre arrivée était un dimanche, nous en profitâmes pour aller visiter le brick; c'était purement la curiosité qui nous y avait pous­sés, et nous y trouvâmes vraiment de quoi la satisfaire. Ce bâtiment n'était pas plus grand que le Pilgrim, et pourtant il comptait cinq ou six officiers et un équipage de quelque vingt ou trente hommes. Et quel équipage! Jamais encore je n'avais vu pareille troupe, hébétée et graisseuse. La tem­pérature était fort clémente, en sorte que nous étions en bras de chemise, pieds nus, et portions pantalons de coutil et cha­peaux de paille, mais ces gens-là - absolument tous, jusqu'au dernier - avaient des bottes à semelles doubles, toutes luisantes de graisse et qui leur montaient jusqu'aux genoux, d'épais pantalons de laine, des souquenilles, des gilets, des vareuses, des bonnets de laine, bref, un parfait équipement pour la Nouvelle-Zemble; même au plus chaud de la journée, ils ne se découvraient pas d'un fil. …

__________________

1. L'année suivante, Richardson construisit au même endroit une mai­son en briques crues à un étage, qui demeura longtemps célèbre, car elle devint la plus ancienne maison de la grande ville de San Francisco. (N.d.l.A., réédition de 1869.)

2. C'est-à-dire l'Alaska, qui ne devint américain qu'en 1867. (N.d. T.)

 

 

La Californie en 1835

 

Le voyage du Pilgrim

in : « 2 années sur le gaillard d’avant » ; édition Robert Laffont ; Paris 1990 ; ISBN-2-221-05790-2

 

Mais pourquoi ne pas citer aussi tant d’autres périples célèbres, de Magellan, Colomb, tous marins autant qu’amoureux de la nature, comme en témoignent leurs livres de bord…?

 

Finalement ils furent tous aussi des initiations à la méditation, à l’imitation de ce que fut pour Charles Darwin (1809 – 1882) la découverte de la vie aux îles Galapagos lors de son tour du monde à bord du HMS Beagle (Brick de 10 canons) (27 décembre 1831 – 2 octobre 1836) et d’où naquirent ses célèbres travaux :

 

Ed. Penguin Books :

« CHAPTER XIX - GALAPAGOS ARCHIPELAGO - SEPT EMBER 15 TH -The Beagle arrived at the southernmost of the Galapagos Islands….

The natural history of this archipelago is very remarkable: it seems to be a Iittle world within itself; the greater number of its inhabitants, both vegetable and animal, being found nowhere else. As I shall refer to this subject again, I will only here remark, as forming a striking character on first landing, chat the birds strangers to man. So tame and unsuspecting were they, that they did not even understand what was meant by stones being thrown at them; and quite regardless of us, they approached so close that any number might have been killed with a stick.

The Beagle sailed round Chatham Island, and anchored in several bays. One night I siept on shore, on a part of the island where ……

In my walk I met two large tortoises, each of which must have weighed at least 200 pounds. One was eating a piece of cactus, and when I approached, it looked at me, and then quietly walked away: the other gave a deep hiss and drew in its head. These huge reptiles, surrounded by the black lava, the leafless shrubs, and large cacti, appeared to my fancy like some antediluvian animals. »

 

Mais une escale en ces lieux est aujourd’hui interdite !

 

 

GALAPAGOS ISLANDS   -   by  the  Officers  of :  HMS Beagle   -   1835

 

 

[8] Coup de vent :

Les mots banaux ont parfois besoin d’être expliqués quand cela n’a jamais été fait à l’école.

La météo est toujours une chose extrêmement importante pour tout le monde, mais il est inutile de répéter indéfiniment des bulletins s’ils sont amputés des données de base - que le public est en droit d’apprendre à comprendre et de connaître. Malheureusement les bulletins sont souvent amputés des données qui sont à l’origine des phénomènes en cours et à venir, et le public reste dans son ignorance.

Un « coup de vent » est le passage d’une « dépression atmosphérique »

Une « dépression atmosphérique » est au départ formée par de « l’air léger ascendant ». C’est alors une « Basse Pression » écrite  « B.P. »

La rotation de la Terre engendre une force rotatoire – nulle à l’Equateur mais maximale au Pôle - « la force de Coriolis », qui fait tourner l’air ascendant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère Nord. L’air descendant des Hautes Pressions lui, tourne dans le sens des aiguilles d une montre. Et dans l’hémisphère Sud,  le sens de ces rotations est inversé.

Chauffé au sol, l’air devient ascendant, porte le nom de Basse Pression = dépression et, ce faisant, aspire l’air environnant comme un aspirateur.

C’est la chaleur du sol ferme ou de l’océan, qui fait monter l’air - lequel, quand il monte des océans est humide.

Comme l’air froid, plus lourd, descend du ciel ( = Haute Pression) le mouvement de l’air au sol va obligatoirement des H.P. vers l’air des B.P. et ce mouvement est très lent.

Au contraire l’air tournant des Dépressions est de vitesse variable :

-         suivant qu’il est au centre de la dépression tournante, où sa vitesse est nulle

-         ou en périphérie où sa vitesse au contraire augmente et croît donc en violence. C’est ce qui s’appelle un Cyclone car l’air tourne en cycle.

Il y a donc toujours 2 vitesses des masses d’air du vent, qui n’ont rien à voir entre elles : la vitesse du vent sur les bords externes et périphériques du cyclone qui est en général le vent annoncé à la Télévision, et la vitesse de déplacement du cyclone lui-même, qui est un vent de faible vitesse et qu’on pourrait même appeler un simple « déplacement de masses d’air qui tournent »

Une dépression sur nos côtes atlantiques est exactement la même chose qu’un cyclone des caraïbes, mais en moins fort car les masses d’air de l’Atlantique Nord sont moins chaudes que les masses d’air équatoriales.

La  même chose s’amorce aussi au-dessus d’un lac et de ses rives, en fonction des différentes rapidités du réchauffement de l’air au dessus de l’eau ou de la terre, mais la rotation de la Terre ne peut pas engendrer de rotation sur des masses d’air aussi petites : Le jour, la terre se réchauffe plus vite que l’eau, l’air ascendant au-dessus d’une rive aspire l’air du lac au niveau du sol. Le vide créé appelle l’air verticalement du haut vers le bas au-dessus du lac et en altitude l’air va du dessus du lac vers le lac. La nuit, comme l’eau se refroidit moins vite que la terre, le phénomène est inversé. Ces vents s’appellent des « vents solaires » Ils rentrent en concurrence avec les vents de dimensions continentales plus forts et de cycles plus longs.

Mais ils peuvent se manifester dès que deux surfaces réagissent différemment  à l’ensoleillement - au bord  d’une plage ou en montagne - et les oiseaux, les deltaplanes et les avions doivent en tenir compte, tout autant qu’un navire motorisé devra tenir compte aussi de l’état de la mer et des vents.

Quand on change d’hémisphère, les mouvements rotatoires au sol sont inversés, mais les règles thermodynamiques restent les mêmes, et les mouvements verticaux sont les mêmes, puisque l’air chaud monte toujours, et l’air froid descend toujours.

Au vu des ces considérations, les pluies ne sont qu’un phénomène de conséquence et proviennent de l’eau d’abord évaporée, qui forme les nuages (cumulus) aspirés par le mouvement de l’air ascendant, puis qui voyagent, puis qui retombent en pluie, en grêle ou en neige, par condensation et sous l’effet du poids de l’eau au sein du parcours de cet air quand il se refroidit.

Ceci ne rassemble que l’aspect immédiatement utilisable d’une immense science.

 

[9] La Latitude :

Le rapport de la hauteur de la tourelle à la longueur de son ombre est fonction de l’heure (solaire du lieu) et de la latitude (de – 90° à + 90°) corrigée de la déclinaison ( de – 23°¨à + 23°) selon le jour de l’année. Pour simplifier les calculs on fera les mesures à midi selon le Soleil.

On calculera le paramètre manquant en connaissant les autres.

Il faut rentrer des chiffres et arranger correctement les unités (on mesure les Latitudes et longitudes en degrés d’angles, comme les heures) mais il est impossible d’être infiniment exact : Les longueurs au sol mesurées par angulation ou au mètre devraient tenir compte de la courbure au sol de la Terre, alors que les hauteurs sont des droites…

Eratosthène d’Alexandrie, ami et correspondant d’Archimède, a pu calculer la circonférence de la Terre à partir des données des ombres en 2 lieux dont il connaissait l’éloignement, situés à peu près sur le même méridien (Alexandrie et Assouan) et relevées au même moment. Il a obtenu une honorable approximation clic.

On pourrait vouloir affiner les calculs en rapportant les données « au niveau de la mer » d’une Terre qui serait ronde, mais la Terre n’est pas ronde et le « niveau de la mer » n’existe pas !

Tous les sols sont en réalité des dômes et les 2 murs d’une tour sont d’autant moins parallèles qu’ils sont plus éloignés l’un de l’autre (jusqu’à faire entre eux un angle de 180° puis revenir à 0) : Le dernier étage d’un bâtiment construit au fil à plomb a une surface de plancher plus grande que son rez-de-chaussée !

Contrairement à ce qui se dit, les mathématiques appliquées à la physique ne nous donnent que des approximations, et le nombre « π » n’est toujours pas connu.

 

[10] La gare d’Ars-en-Ré en 1928 :

 

 

[11] Le port d’Ars-en-Ré

Ce port, situé au beau milieu des marais du « Fier d’Ars » - comme le très petit « port des Portes » - toujours resté rudimentaire, a été agrémenté de quais au XIX ème siècle.

Jadis, « les îles d’Ars et de Loix  » appartenaient à « l’Abbaye de Saint Michel en l’Herm » (Herm = désert ; ermitage) et le port d’Ars abritait un monastère, moins connu que son Eglise, dont seul un crucifix témoigne encore de l’ancienne présence.

Depuis le VII ème siècle, dans tout le pays des Pictons carte, les moines se sont impliqués dans la mise en valeur des marais et l’exploitation du sel clic.

« Le Fier d’Ars » est un bassin intérieur aveugle, sans qu’aucun estuaire fluvial n’y débouche, très envasé au milieu de marais salants dont la riche production était transportée sur le littoral du « Pertuis Breton » pour y ravitailler en sel les navires venus de très loin qui mouillaient à la « Grande Conche » avant de repartir pêcher vers l’Atlantique Nord ou Sud.

Ce bassin lui-même toujours très envasé par nature n’a jamais été considéré comme vraiment « navigable », surtout à la voile, car il comporte juste un chenal long et étroit qui a besoin d’être constamment entretenu pour former un passage qui mène jusqu’au port, dans lequel ne peuvent s’engager que des embarcations légères.

Arriver à la voile à Ars était presque un défi en l’absence d’espace pour louvoyer, et il fallait mouiller aux « Islattes », tourelle en face du « fort de Loix », pour attendre que le fier ne se remplisse, en rentrant avec le courant, et attendre la conjonction inverse pour ressortir.

Les Anciens faisaient le projet de réunir les 2 berges de l’entrée du Fier par un pont circulable, permettant de mettre le village des Portes à portée du village de « Loix »

Si un tel pont, beaucoup plus facilement réalisable aujourd’hui, pouvait facilement et temporairement être transformé en barrage aux moments des très hautes marées – et/ou tempêtes de plus en plus fréquentes – aggravant les risques immémoriaux de subversion, il permettrait aujourd’hui de boucler le ceinturage de l’île en digues, devenu d’autant plus important que les anciens canaux de délestage des eaux d’inondations - qui tenaient compte de la désynchronisation de l’arrivée des eaux de marée-haute aux différents points de l’île - ont étés comblés pour construire.

On pourrait même aujourd’hui remettre en état une ancienne ligne SNCF en l’électrifiant et la prolonger jusqu’à La Rochelle.

Le rappel de ces quelques données voudrait aider à reconsidérer ce lieu dans un ensemble plus vaste et plus fluide, et contribuer à orienter son avenir vers des activités laborieuses et innovantes moins bornées que les seules qui aient été envisagées pour lui depuis 50 ans, tourné vers la seule manne touristique, comme c’est devenu trop souvent le cas en France.

Un tel espace pourrait sortir des clichés de cartes postales et devenir ou redevenir plus qu’autosuffisant et prometteur même au niveau national.

Sa situation maritime, occidentale, proche du port en eaux profondes de La Pallice et de la ville de La Rochelle sont autant de promesses d’échanges et d’export.

Mais ce qui arrive est fort différent : clic voir encart N°88.

 

Sachons que la ville de La Rochelle abrite désormais un Institut Confucius depuis 2009 clic

Cette page dans son ensemble témoigne de combien il est simple, propre et même beau de recueillir les énergies naturelles, mais, plus encore, les ressources de la mer – qui est à l’origine de toute vie sur terre – sont en réalité encore aussi mal connues ou  totalement inconnues, qu’à coup sûr innombrables.

 

[12] « Consommez, vous dis-je ! ».

C’était le génie de la Méhari d’avoir des panneaux en toile et des vitres en PVC transparents.

Le pétrole ne devrait servir qu’à ça ! 

Elle pesait autour de 500 kg (convertir en Newton) et pouvait en transporter autant.

Grâce à quoi j’ai pu sortir la mienne d’une rivière en l’attelant à un âne, mieux adapté à la situation !

Mais - autre temps, autre lieu - un voyou (en « néoprène » et tutti quanti) qui refusait d’arrêter son moteur diesel sur une plage (!)  m’a dit « Qu’est-ce qu’on serait sans le pétrole ? »

J’ai trouvé ce « on » un peu imprécis, mais « plus vous l’êtes… et mieux vous consommerez ! J »

Dommage que Molière et La Fontaine n’aient jamais rien écrit sur le pétrole : « Consommez, vous dis-je,  et roulez ! »

Plus question « du poumon ! » (du « Malade Imaginaire ») mais c’était avant le progrès !

 

[13] On commémore cette année le cinquantième anniversaire de l’année 1968…  Comment naviguait-on en ces temps-là ?

La navigation de plaisance – à voile – a une longue tradition en Occident.

Son renouveau advint dans et par sa « démocratisation » dans la période de l’après guerre.

Comme au temps d’Alain Gerbault les plaisanciers ont continué à se mêler - avec beaucoup de prévenance comme en témoigne l’extrait ci-dessous du « Cours de navigation des Glénans » - au monde rude des marins-pêcheurs qui naviguaient encore beaucoup à la voile : Thoniers et langoustiers tiraient de longs bords le long des côtes de Mauritanie.

Les « fêtes de la mer » locales accompagnées de bénédictions de la mer et des navires n’étaient en rien des évènements touristiques.

Après 1950 la voile a disparu progressivement du monde du travail, avant que le monde presque tout entier de la pêche non-industrielle, même motorisée, ne disparaisse à son tour.

Le « vapeur » s’était imposé au XIX ème siècle d’abord à la marine de guerre puis à la marine marchande, mais je crois qu’on n’a jamais pêché au charbon.

A partir de 1916 la marine de guerre découvrit les avantages du pétrole sur le charbon comme carburant – pour la rapidité du remplissage des cuves, de l’allumage des chaudières et de la sortie des ports - en méditerranée, mais les moteurs étaient restés encore à vapeur.

Puis les moteurs à explosion remplacèrent partout la machine à vapeur, sur mer, sur terre, dans les airs, et, la pêche et la plaisance les adoptèrent directement, la première avant la guerre et la seconde après la guerre, sans passer par le charbon.

Le pétrole a finalement fait presque disparaître partout les autres sources d’énergie - sauf sous l’eau où il est rentré en concurrence avec le nucléaire.

Ainsi par étapes, le charbon a remplacé la voile ; le pétrole a remplacé le charbon ; et la plaisance a remplacé la pêche *.

La « philosophie de la voile » au rythme de la nature a pratiquement disparu, laissant la place aux industries que l’on sait et de l’époque de la voile, il ne reste presque rien.

Le mot « vacances » bien présent en 1959 était une reprise des idéaux 1936 et se conjugua d’abord au sein du monde du travail et dans la sobriété

L’écologie était bien présente en mer comme partout ailleurs - sans dire son nom - mais bien « dans les faits », quoique moins que 100 ans plus tôt – comme on le constate en lisant le récit averti du naturaliste Darwin de son périple à la voile (1831 – 1837 ; lui a de 22 à 27 ans)

Comme d’autres apprentissages, l’apprentissage de la voile comportait deux approches - théorique et pratique – et, comme loisir, à la fois comme apprentissage de la mer et de la vie (au sens de monde vivant)

L’enseignement de ce dernier point était aussi le souci du Commandant Cousteau, version sub-aquatique.

En ce monde de tempêtes variées que nous vivons aujourd’hui, les leçons de la mer restent parfaitement d’actualité.

Le souci didactique marque profondément la tradition du C.N.G, mais reste de dimension confidentielle dans l’ensemble de l’enseignement.

Le souci didactique enfin marque profondément toute la tradition du C.N.G.

Le C.N.G. pâlie dans une toute petite mesure au déficit à l’école en enseignement des choses de la mer, dont se plaindra EricTabarly.

Si l’on se souvient que le C.N.G - cité abondamment dans les pages infra de la « Revue Bateaux » - a été fondé en 1947 par un ancien résistant, on peut facilement faire remonter ses idéaux à dès l’après-guerre.

Le commerce véritablement omniprésent ne viendra qu’avec les justement nommées, durant la décennie 70,.« années de récupération » (pour fustiger les fausses promesses et pleurer la révolution perdue dont, encore une fois, les demandes n’étaient ni de biens matériels ni de loisirs ni de retraites, mais de « participation à la gestion »)

Aujourd’hui, on dirait souvent que l’enseignement est dispensé par les entreprises elles-mêmes vendeuses, ce qui est un comble : J’ai vu un « consommateur » crédule me montrer des « bougies spéciales pour faire du feu biologique » dont il avait garni toute sa maison – ce qui ne l’empêchait pas de griller cigarette sur cigarette !

Encore un écolo-pyromane !

 

En comparaison, dans le même temps la médecine s’est engagée dans beaucoup d’impasses idéologiques ou administratives, souvent alliées au commercial.

L’enseignement scolaire de la médecine reste honteusement presque inexistant.

Un tel enseignement reste à mon avis la plus importante de toutes les attentes pour pouvoir procurer une médecine de qualité à toute la population.

Mai 68 n’y a rien changé : Les CHU étaient nés bien avant 1968 et il n’y a eu aucun renouveau significatif dans statuts hospitaliers avant l’apparition des « praticiens hospitaliers » en 1985, se soldant – comme le nom restrictif l’indique - par un recul de l’enseignement et de la recherche.

Il est possible que l’idéologie des égalités symbolisée par les mystérieux plateaux d’une balance en équilibre vides ** soit mal compatible avec une biologie de la variété, comprise et enseignée seulement dans les classes supérieures.

Les années 80 verront l’apparition du dramatique « numérus clausus » ***- limitation du nombre des étudiants et des diplômes de médecine - cependant que, au contraire, l’inflation commerciale explosera dans toutes les directions.

En psychiatrie (cf. « mai 1968 pour la psychiatrie » clic) tout ce qui fut décidé en 1970 était contraire aux demandes du « livre blanc de la psychiatrie » brandi en 1968 par le personnel hospitalier - toutes catégories confondues, patients et soignants, dans la rue.

Les nouveaux maux découlent des incohérences imposées : ainsi - du chômage à la rage des loisirs - des carences graves au sein d’une consommation surabondante plombent massivement jusqu’aux tréfonds de désirs manipulés.

__________________________________

 

Notes de bas de page de cette Note :

* 1 Toxicocratie : C’est la prise de pouvoir par le plus toxique… pour contre l’autre.

Feux : bois et tabac : Encore un écolo-pyromane ! Et tant pis pour les autres : « Je ne fume pas, j’enfume ! »

Sachant qu’il n’y a pas plus allergisant et cancérogène pour les poumons que les fumées de tabac et de feux de bois : les fumées ne sont pas dans le salon mais vont dans la rue…

Fioul : Dans ces conditions, la voile ne survit plus qu’à l’état vestigial et les démonstrations olympiques éclairs n’y changent rien : Les enjeux se déroulent ailleurs.

Une nouvelle vie se dessine partout, sous l’empire d’une « toxicocratie », c’est à dire de la prise de pouvoir par un toxique, car même si à l’origine seule la puissance énergétique tirée du produit (ou son sentiment : cf. le tabac, l’alcool, etc.) était recherchée, sa toxicité participe aussi à la domination par un effet d’empoisonnement auquel seule la machine pourra résister.

Ainsi, le premier navire motorisé sillonnant les océans pour de raisons stratégiques ou commerciales condamnait tous les autres à l’imiter - au prix de la disparition de la faune et de la flore.

Il en a été de même avec l’automobile qui fit presque disparaître en 100 ans sur terre tous les autres moyens de locomotion, animaux et jusqu’aux propres pieds des piétons : Ainsi les passages pour piétons traversant le parking de la sortie de la gare de Sainte Geneviève des Bois (91700) disparurent au profit de l’augmentation des places de stationnements.

 

** 2 Egalités :

J’explique ailleurs le sens de la représentation du cœur et de la plume sur les plateaux de « la balance de la psychostasie » au « tribunal d’Osiris » dans l’Egypte phraonique (clic).

Des bibliothèques entières pourraient être consacrées à l’histoire des confusions ou pertes des symboles et à leurs conséquences : On pèse les mots, comme au temps de l’ordalie on faisait parler les dieux pour affirmer la justesse d’une décision de justice, raison pour laquelle les mots « inférieurs » dans les noms de nos départements sont devenus « maritimes », tandis que par perte de son histoire, on s’égare sur le sens du mot « homme » en français.

 

*** 23 « Numerus clausus » :

J’étais syndicalisé et j’ai participé aux votes (mais sans rapport avec les consignes) dans les années 1980 : J’y étais opposé.

Le principe de base dans les hôpitaux ( or tout médecin les traverse lors de sa formation) était que les médecins – mandarins étaient très fiers d’avoir beaucoup de lits et ne voulaient pas de rivaux !

Cela me faisait penser aux officiers de marine de La Royale qui ne voulaient surtout pas que les matelots sachent se servir d’un sextant afin de se rendre indispensables à la navigation et ne pas être jetés par dessus-bord en cas de rebellion…

 

 

Couverture, 4 ème de couverture et p. 22-23

 

 

pp. 24-27

 

 

pp. 28-31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tri-cy-rouges 

 

 

 

Ba-co-vert

 

 

 

 

 

 

Le repérages des balises en sortant d’un port devient « Bas si rouges Tricot vert » à l’envers. 

 

Les feux du navire ne changent pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton destin sera d’errer à jamais, sans abri dans l’océan de l’amour car l’aimée c’est ton cœur :

Elle n’a pas de terre, pas de patrie, pas d’adresse …

Nizar Qabbani

 

 

 

FIN