Page dédiée à Nénuphar

 

Caterina Caselli : Cento giorni - 1966 [1]  

   

 

 

 

 

 

Hommage à Nénuphar  [2] 

 

Retour à la page d’accueil : clic

 

Pile book ; livre d’or : clic

 

Jacques de Person

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

NB : Pavillon noir pour la nuit : En mer, la nuit, un pavillon noir est plus visible qu’un pavillon blanc [3].

 

Et puis il faut conjurer les démons de la nuit [4]


 

 

 

 

 

 

 

Coucher de soleil en mer : on verra la lune et pourra s’orienter

 

Grosso modo, où que l’on soit sur Terre, et durant toute la nuit :

Les cornes du croissant d’or indiquent l’axe N-S de la Terre . [5]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« …Il cinglait bâbord amures, naviguant comme un poisson… » (chanson « Le Grand Coureur »)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce « Pirate » était immatriculé sous le doux nom de Nénuphar

Sous génois et bonnette


 

 

 

 

 

 

 

 

Plans de François Sergent (document du Musée Maritime de La Rochelle clic )


 

 

 

 

 

 

 

 

La pétole s’installe 

 

« Patience et longueur de temps …  »

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inutile de tenir la barre par ce « temps de demoiselle »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ile de Noirmoutier (Lépine)

 

 

 

 

 

 

 

 

«  Dès que les vents tourneront nous nous en allerons... » s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le vent revient toujours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

: il faut sortir la toile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et goûter les  saveurs  de la vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis le vent fraîchit

 

 

 

 

 

 

 

Il fallut réduire la toile  

 

«  Plus on va moins vite et moins la vitesse est plus grande … à moins que ce ne soit l’inverse ! »  Cf. J.P. Petit : « le mur du silence » , en pdf. téléchargeable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partir au portant devant les déferlantes, c’est « mettre en fuite »

On voit que la houle est parallèle à la bôme et que le vent repousse l’écume vers l’avant.

La vitesse ne doit être ni trop élevée ni trop faible.

S’i le bateau pouvait dépasser sa vague d’étrave, il pourrait partir au planning mais ce serait un autre bateau.

 

Cette nuit-là la houle fut si ample qu’elle ballotta Nénuphar d’une digue à l’autre à l’entrée de Port-Joinville  ( « Ba si rouge, Tri co noir » [6])

et qu’il lui fallut regagner le large : «  En mer, ce qui est dangereux, c’est la terre ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Sister ship croisé en mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers l’Ile d’Yeu 

Tabarly  s ‘était amarré à ce coffre …  après une magnifique manœuvre d’arrivée à pleine allure de Pen-Duick qui exécuta plusieurs tours autour du coffre pour briser sa vitesse

 

 


 

 

 

 

 

 

Port Joinville.  Souvenir de l’exil du maréchal Pétain.

 

Yeu : Mouillage.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phare des Baleines, Phare d’atterrissage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvenirs des invasions anglaises,  du bagne (clic),  et des condamnés de l’OAS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourelles des Islattes : 2 cônes pointant vers le haut : danger au Sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les souvenirs de la seconde guerre mondiale s’enfoncent lentement dans le sable

 

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Avant l’arrivée de l’eau courante venue du continent, il n’y avait que peu et de petits arbres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plage de « La côte sauvage »

 
Plage de « La Conche »

 

 

 

 

 

 

 

 

La pompe de Karola

L’eau c’est la vie !

 
»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cale du Canot de Sauvetage      -     mouillage de La Grande Passe     -      Vers les épaves du Moulin Blanc et du Guipuzcoa

 

 

 

 

 

 

Port d’Ars en Ré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qu’il avait d’unique, c’était son balcon.


 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

Abattage en carène : un caillou s’était coincé dans le puits de dérive ; Et on refait la peinture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le « Poisson d’Avril »

 

 

 

A l’avant c’est le coffre : le mieux aurait même été d’enlever complètement le moteur !

Suite à une infortune de route la VW conservait un carreau en bois – moins fragile [7] – mais fière de « sa boite Porsche » d’origine…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Coquette » en hivernage

 

 

 

 

 

 

 

 

La haute cheminée de la sardinerie d’Ars en Ré a disparue il y a longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunes filles rhétaises, en un temps et un lieu où il aurait été inconvenant pour elles de marcher tête nue, mais marcher nu-pieds n’était rien d’autre que l’habitude de tous.

 

Fort Boyard n’a jamais servi.

Voulu depuis Louis XIV  pour protéger l’abord de La Rochelle.

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Le New Rochelle avait dévié sa route (en mer, la voile est prioritaire sur les moteurs)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrée de La Rochelle : Souvenirs des sièges, des guerres de religions, de la base de sous-marins nazis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pertuis Breton : amer

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Estuaire de l’Odet : Le Coq

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Craff en son chantier naval, près de l’actuel « Casino » à Bénodet

Le port : c’est le pays bigouden


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ile aux Moutons, île nord de l’Archipel des Glénans : les moutons avaient étés tondus …

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

Anse de Penfoul

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________

 

 

 

 

 

 

Un photographe avait trouvé Nénuphar si beau qu’il en fit le premier plan d’une photo mercantile : Premières inquiétudes …

 

Le bordé de Nénuphar prenait l’eau et avant de partir loin de lui,  je l’avais monté haut et par prudence j’avais retiré les espars susceptibles de partir en flottant.

Mais je n’ai jamais pu le réparer car sans m’en avertir, le bateau - pourtant régulièrement immatriculé - aurait été mené par un tracteur en décharge.

 

Les casiers des pêcheurs aussi avaient disparu, et les petits ports semblaient de moins en moins destinés aux navires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Coccinelle de mon malheureux ami restée longtemps à Karola fût elle aussi un beau jour - comme Nénuphar - portée disparue.

Comme l’œil du cyclone, au baromètre des grands nettoyages :  pluies et vents !

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Notes de bas de page :



 

[1]  Caterina Caselli : Cento giorni: 1966

 

Clic

 

 

 

 

 

 

 

Cento giorni, cento ore o forse cento minuti mi darai.

Una vita, cento vite, la mia vita in cambio avrai.

Un abbraccio, cento abbracci, qualche carezza, avrò da te.

I miei occhi, la mia bocca,e il mio cuore, avrai da me.

 

Perché per te questa vita è un girotondo che abbraccia tutto il mondo, lo so.

Ed invece la corsa della vita per me si è già fermata negli occhi tuoi.

Io ti amo, io ti amo, più della vita, lo sai.

Per cento giorni, per cento anni, non finirò di amarti mai,

non finirò di amarti mai ...

Cent jours, cent heures ou peut-être cent minutes tu me donneras.

Une vie, cent vies, ma vie, en échange tu auras

Un câlin, cent câlins, quelques caresses, j'aurai de toi

Mes yeux, ma bouche, et mon cœur, tu auras de moi.

 

Parce que pour toi, cette vie est une ronde qui embrasse le monde entier, je sais.

Et, par contre, la course de la vie pour moi s'est déjà arrêtée dans tes yeux.

Je t'aime, je t'aime plus que la vie tu sais.

Pendant cent jours, pendant cent ans, je ne cesserai jamais de t'aimer,

je ne cesserai jamais de t'aimer...

 

 

__________________________________________________________

 

 

[2] Je sais bien que Nenuphar peut s’écrire avec un « » :

Il faudrait que je retrouve les papiers d’immatriculation !

Wikipédia indique à l’origine : « un mot persan  qu’on peut écrire avec un « f » : « nīlūfar », lui-même emprunté au sanskrit « nīlōtpala » (« lotus bleu »), composé de nīlah (« bleu-noir ») et utpalam (« fleur du lotus »). 

Peu importe la graphie du nom de Nénuphar !

L’important pour moi est que, de ma pratique des nœuds à mes premières réflexions sur l’univers (à moins que ce ne soit l’inverse), je dois tout à Nénuphar, et c’est pourquoi je rends hommage ici à ce navire, en désirant transmettre….

J’ai toujours eu horreur de la compétition,  et pour ce qu’il en est de la vitesse, j’aurais choisi d’autres moyens.

Quand un directeur de Citroën que je connaissais mais n’avait pas pu suivre ma conduite m’a proposé de participer au Rallye du Maroc, j’ai estimé qu’il y avait d’autres moyens de rencontrer les populations.

Sans non plus pratiquer de concours de lenteur, je trouve agréable d’être en harmonie avec ce qu’on appelle la nature.

Je pense qu’il y a là beaucoup de points communs entre la marine à voile et l’alpinisme (cordes, nœuds, vents, éléments naturels très changeants, loin du fuel et des jeux vidéos) : je me souviens encore avoir aperçu une nuit en montagne, par temps très sec, des étoiles qui paraissaient si grosses et si brillantes qu’on avait l’impression de presque pouvoir les toucher…

 

Les nœuds eux n’ont rien de naturel : On ne connaît aucun nœud structurellement durable dans la nature ; même les araignées ne tissent pas de nœuds.

 

Pour être plus précis, il faudrait citer :

1.      Les très curieuses molécules d’ADN, longues de près d’un mètre et larges de 2 nanomètres (milliardième de mètre) pelotonnées dans la cellule et dont les 2 brins de la double hélice se séparent lors de la reproduction cellulaire par méiose ou par mitose sous l’effet d’enzymes. L’existence de vrais nœuds y est discutée.

2.      la surprenante anguille visqueuse qui se noue elle-même un temps limité « en nœud trèfle » dans quelques situations particulières :

 

 

La nodologie est peut-être la plus belle invention de l’homme, et elle est pour beaucoup dans l’avancement de la civilisation. Historiquement, elle prolonge peut-être l’utilisation des lianes des forêts.

Je crois que quand on aime les nœuds, on déteste le feu : le fer, Vulcain,  les brûlures et toutes ces choses… C’est la subtilité de l’esprit contre la violence à l’état brut et brutal…

J’ai inventé une histoire :

 

Les premiers hommes étaient très poilus, mais très gourmands, surtout depuis l'histoire de la pomme : Alors ils se sont dits : on va faire du feu pour faire des gâteaux ! Mais avec leurs poils ils prenaient tous feu !

Alors ils se sont plaints à l'éternel, qui, furieux que les hommes se plaignent de son beau travail, leur a répondu : " Très bien ! Je vous ferrai désormais tout nus et sans poils : vous ferez des gâteaux, mais vous aurez des fumées partout, vous aurez toujours froid et vous ne pourrez plus vous passer de ce satané feu ! »

(Il y avait déjà eu des précédents d’altercations avec l’histoire le la bipédie, plutôt ratée, etc.)

Alors on en est resté là.

Enfin pas exactement : on a fait des feux de bois, de charbon, de fuel, des fumées à fumer, des canons, des moteurs à explosion, de la fission nucléaire et on attend la fusion… Rien de trop grave encore.

 

L’essentiel d’un nœud, en pratique (et c’est pourquoi il n’en existe pas plus d’une vingtaine utiles à  bien connaître ) c’est… qu’il soit facile à défaire !

Avec des leviers et des nœuds, c’est incroyable tout ce que l’on peut faire : c’est ce qu’avait montré Archimède aux Syracusains en relevant le défi de tirer tout seul un énorme bateau sur une plage.

 

Pour aller du segment A au segment B, l’anneau ne peut pas traverser le trou du piton C, mais les cordes sont souples !

La manipulation est cependant un vrai casse-tête : il faut desserrer tous les brins, tirer sur l’anse centrale pour lui faire traverser le trou du piton ( c’est la clé de la solution) , étaler le paquet de brins, passer l’anneau dans chaque brin, puis repositionner les brins par une manœuvre inverse.

Problème : faire passer l’anneau de A à B

Solution : L’anneau doit suivre le trajet du fil marron : en tirant les deux ganses vers soi, on aperçoit mieux le trajet effectué…

 

A la différence des nœuds, les animaux connaissent parfaitement la pratique du levier.

Quant à la conception de l’univers (je ne dis pas la connaissance), l’apprentissage de la voile mène tout droit aux représentations cosmologiques et cosmogoniques des pharaons et des Grecs qui leur ont progressivement tout emprunté.

Au contraire, les cosmologies des Achéens (premier peuplement de la Grèce), comme celles des Indiens (de l’Inde) sont très différentes (adoration de la lumière et du feu).

Ces différences profondes sont intéressantes.

 

[3] En vision nocturne s’entend :

car : la rétine contient des cônes pour la vision diurne et des bâtonnets pour la vision nocturne, dont les sensibilités sont différentes, mais toute lumière dans les fréquences de la visibilité diurne détruit la rhodopsine.

Cepigment rétinien des bâtonnets met alors une demi-heure à se re-synthétiser.

La première règle absolue pour voir dehors la nuit est donc de bannir absolument toutes les lumières artificielles.

La nature est bien faite mais n’est pas commerciale !

 

[4] Jusqu’après le début des années 2000 : le phare des Baleines (ici en photo) émettait un signal « B.N. » continu, en morse, sur la fréquence radio de 300 kHz, ce qui permettait facilement d’en retrouver la direction en mer à l’aide d’un banal poste de radio : Intensité maximale du signal = antenne (cadre en ferrite) perpendiculaire à la direction de la source, et extinction totale du signal = plan du cadre dans la direction du signal.

Mais depuis que l’exploitation commerciale du phare (= touristique) a été privatisée : « silence radio ! ».

Dans le même sens, ce phare a toujours envoyé ses éclats au rythme de « 4 éclats toutes les 15 secondes » mais la durée de chaque éclat est passée de 1 seconde à ¼ de seconde, ce qui fait qu’on les aperçoit moins bien en mer.

Pourtant les phares peuvent toujours rendre de bons services aux marins – et cela dure depuis plus de 3000 ans, puisque le mot vient du phare d’Alexandrie, situé sur l’île de Pharos dont parle déjà Homère.

Cette situation en France est la même que celle de la SNCF, et de nombreux autres services publics : Les déclins programmés au profit du tourisme et de quelques monnaies à la valeur trompeuse à court terme et plus encore fallacieuse à long terme me semblent être une véritable catastrophe nationale.

La qualité (physique et mentale ++) de l’organisation et du développement de tout un peuple dépend d’une infrastructure sûre et correctement répartie, et non du choix privilégié de quelques performances au détriment de tout le reste.

 

[5] Je dis toujours« les cornes » : parce que c’est ce qu’on voit. Pour être beaucoup plus précis, il faudrait dire « les pôles » : le malheur est qu’en général, on ne les voit pas ! il faut les connaître ou les deviner. Les axes des cornes et des pôles sont en général parallèles, mais ce n’est pas toujours le cas.

Le passage de la Lune au méridien indique l’heure de la marée haute.

Et sa phase en indique l’amplitude

Ajoutons encore que quand la Lune a la forme d’un « D », elle croît, et que quand elle a la forme d’un « C », elle décroît.

Autrefois, on apprenait cela avec l’alphabet. Depuis l’instauration de la méthode globale, on n’apprend peut-être plus l’alphabet.

Le passage de la lune retarde chaque jour d’un peu moins d’une heure, et les marées aussi.

La pleine lune passe au méridien à minuit (en heure solaire du lieu – pas en heure légale administrative  )

Puis la lune décroît tout en se levant de plus en plus tard.

Contrairement au soleil, la lune n’est pas plus basse sur l’horizon en hiver qu’en été

Tout cela est simple et en pratique très utile.

On peut même s’amuser à projeter son itinéraire et sa carte de géographie sur la lune, sorte de miroir de la terre.

 

 

 

 

 

Montage approximatif pour montrer que le croissant de lune est un effet de l’ombre de la terre … et permet de s’orienter : « L’œil de l’observateur et les 2 pointes des cornes de la lune forment un plan » : ce plan est grosso modo parallèle à l’axe Nord – Sud de la Terre.

Il contiendrait alors l’axe de la Terre lorsque la Lune passe au méridien de l’observateur si ces cornes correspondaient au pôle.

L’heure de la marée haute correspond grosso modo à ce moment, en ajoutant le temps de l’établissement de la marée en ce lieu.

De même la phase de la lune correspond grosso modo au coefficient d’amplitude de la marée.

Mais un axe « œil de l’observateur – une corne de la lune » n’indique en rien le Nord : Il faut représenter une projection des cornes.

Enfin en réalité, cette configuration astrale n’est pas fermée, n’échappe pas à d’autres influences proches, aux lois de l’inertie, et jusqu’ à certaines interrogations parmi les lois célestes.

Il n’est guère possible de faire un dessin à l’échelle permettant de dessiner avec précision les ombres : le diamètre de la lune est 4 fois plus petit que celui de la terre (qui n’est pas ronde) (3.474 contre 12.700 km environ), mais surtout la distance terre-lune est de 100 fois le diamètre de la lune (384.400 km) et il faudrait montrer une vue en 3D .

Enfin la distance Terre – Soleil est d’environ 150 millions de km.

 

En réalité, tout cela est seulement approximatif ; et le parallélisme des axes n’est pas toujours évident. Mais l’ensemble évite de commettre de grosses erreurs et au moins ça ne bouge pas ou très peu de toute la nuit.

On ne voit pas  en général les pôles de la lune, ce qui n’est pas nécessaire pour une approximation. 

Car par chance, la lune est généralement éclairée et présente des reliefs reconnaissables.

Il y a aussi « la lune montante », « la lune descendante » : les agriculteurs décident alors s’il faut cueillir les tiges ou les racines, etc.

Le diamètre du cercle de l’ombre de la terre sur la lune est un peu plus grand que le diamètre de la lune et recouvre la plupart du temps ses pôles. En conséquence, les deux cornes visibles de la lune ne vont pas totalement d’un pôle à l’autre de la lune. La longueur visible de la bordure de la lune est inférieure à une demi-circonférence lunaire, et cette longueur visible dépend globalement de la phase de la lune.

On ne peut imaginer qu’approximativement un axe qui irait d’un pôle lunaire à l’autre, car le parallélisme strict des axes des pôles et des cornes n’est pas une règle.

 

 

 

 

Avec une donnée de plus, si je vois mon plan horizontal, je pourrais calculer mon « azimut » qui est l’angle « ligne d’horizon – ligne joignant les pointes des cornes » et je pourrais alors me situer sur une ligne de latitude terrestre entre le pôle et l’Equateur. Si je suis à l’Equateur, le croissant m’apparaîtra horizontal et si je suis au pôle, il m’apparaîtra vertical.

Avec un sextant, on procède un peu différemment : on repère une ligne horizontale tangente au disque solaire, ce qui est traumatisant pour la rétine.

Il n’a jamais été difficile pour personne de connaître grosso modo sa latitude (l’ombre d’un bâton peut suffire) Les précisions atteintes en cela il y a déjà plus de 2000 ans, ont de quoi nous étonner (par application du théorème dit de Thalès, Eratosthène d’Alexandrie calcula en stades le diamètre de la terre).

Bien plus problématique est la connaissance de la longitude : repérer la culmination d’un astre indique le méridien du lieu de l’observateur, ce qui a un intérêt local, mais ne permet pas de se repérer en longitude sur la terre si l’on ne connaît pas l’écoulement temporel de la course apparente de l’astre depuis un méridien d’origine choisi  arbitrairement. Il a donc fallu attendre d’avoir des clepsydres ou des horloges pour connaître la longitude et donc connaître sa position selon les deux droites de Latitude et de Longitude, en négligeant encore plus longtemps l’altitude.

Il y a aussi beaucoup de variables parfois conséquentes : la lune est un peu lunatique (et pas seulement la lune).

Par exemple, on dit que la pleine lune correspond à un alignement Soleil-Terre-Lune, mais ce n’est que de « l’à peu près », car en réalité, une vraie pleine lune est forcément une éclipse de lune : Donc, personne n’a jamais vu briller une vraie pleine lune depuis la terre (mais seulement l’ombre de la terre projetée sur elle au moment de l’apparition et de la disparition de l’éclipse) …

Le grand intérêt de la lune est de pouvoir bien se caler sur un cap fixe toute la nuit, car la lune parcourt tout le ciel, un peu à la manière d’une toupie qui conserve son inclinaison (gonio).

Naturellement les calculs à partir des étoiles et grâce aux éphémérides, sont d’une précision sans comparaison : c’est le monde des livres, du sextant et des calculs.

Mais on sort de la simplicité de la navigation à vue qui procure un grand repos et emplit le cœur de sentiments cosmiques d’une grande poésie.

Les étoiles sont plus petites, et seule la polaire est à peu près fixe toute la nuit. Elle décrit cependant une petite ellipse autour du pôle vrai céleste chaque jour.

Il n’y a nulle part aucun repère fixe dans le ciel.

En suivant une autre étoile toute la nuit, on tournerait en rond, sauf à l’équateur où l’on monterait droit au ciel !

Les Polynésiens, armés de bons yeux et d’une bonne mémoire, changeaient de cap au lever des bonnes étoiles correspondant au trajet envisagé. Elles se lèvent verticalement à l’équateur, et bien sûr, l’axe de la lune y apparaît horizontal.

Ils parcouraient ainsi des milliers de km d’île en île.

Le compas, lui n’est jamais entièrement fiable, surtout quand « l’aiguille s’affole ».

Pour plus d’explications voir sans doute Wikipédia.

Mais surtout ne pas rater le remarquable ouvrage de Pierre Sizaire, qui en moins de 50 pages fait le tour de l’observation du ciel à l’œil nu, soutenu par d’excellentes formules mnémotechniques et peut encore servir.

 

 

 

On peut aussi passer de bons moments avec un logiciel gratuit téléchargeable comme skyglobe qui peut nous amener à l’observation du ciel 50 000 ans en arrière ou 50 000 en avant de notre époque.

 

[6] « Bas si rouge, tricot noir » :

Moyen mnémotechnique traditionnel pour retenir le balisage d’entrée de port ou de chenal : entendre et retenir « Laisser à babord les balises cylindriques rouges et les feux rouges et à tribord les balises coniques noires ou vertes et les lumières vertes ».

Pour sortir c’est l’inverse !

 

[7] « Consommez, vous dis-je ! ».

C’était le génie de la Méhari d’avoir des panneaux en toile et des vitres en PVC transparents.

Le pétrole ne devrait servir qu’à ça ! 

Elle pesait autour de 500 kg (convertir en Newton) et pouvait en transporter autant.

Grâce à quoi j’ai pu sortir la mienne d’une rivière en l’attelant à un âne, mieux adapté à la situation !

Mais - autre temps, autre lieu - un voyou (en « néoprène » et tutti quanti) qui refusait d’arrêter son moteur diesel sur une plage (!)  m’a dit « Qu’est-ce qu’on serait sans le pétrole ? »

J’ai trouvé ce « on » un peu imprécis !

Dommage que Molière et La Fontaine n’aient jamais rien écrit sur le pétrole : « Consommez, vous dis-je,  et roulez ! »

Plus question « du poumon ! » (du « Malade Imaginaire ») mais c’était avant le progrès !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN